ban
Actualités
Amapá-2010
L'info à Macapá, Oiapoque...


Avril

  • 12/04: Amapá: visite prochaine d'agriculteurs guyanais
    • Des agriculteurs de l'Est guyanais visiteront début mai des exploitations agricoles et des champs expérimentaux de l'Embrapa (l'INRA brésilien) dans l'Amapá, dans le but de mieux connaître les techniques de plantations et d'entretien des diverses cultures et de compostage. Trois techniciens guyanais se sont rendus fin mars sur les lieux afin de préparer le programme des 15 agriculteurs et des trois techniciens agricoles qui seront de la visite. Ils se sont intéressés plus particulièrement à la culture du cupuaçu et du wassai, de plus en plus diffusés eb Guyane. (Correaneto)
  • 12/04: Amapá: de nouveaux postes d'urgences à Oiapoque, Laranjal et Macapá
    • Les représentants du Ministère de la santé et les élus délégués à la santé des communes d'Oiapoque, Laranjal do Jarí et Macapá se sont réunis fin mars pour signer une convention visant à construire des Unités de Soins Rapides (premiers secours), dotées de salle de stabilisation. Les communes fourniront le terrain et l'état d'Amapá construira et gérera les établissements. Un plan de Système de Santé Intégré des Frontière est également en projet. D'autres Unité de Premiers Secours sont aussi prévues pour 2011 dans les communes de Calçoene, Tartarugalzinho, Vitória do Jarí, Porto Grande et Bailique (sur une île qui forme un district de Macapá). (Correaneto)

Mars

  • 21/03: Amapá: Trois morts sur le chantier du pont vers Mazagão

    • Trois morts et deux disparus, c'est pour l'instant le bilan de l'accident survenu dans la journée de samedi sur le chantier du pont sur le Rio Vila Nova. Celui-ci doit permettre de faciliter la liaison entre Macapá et Mazagão, qui s'effectue pour l'instant en bac. La chute de la dernière poutre de béton pendant sa pose par une grue sur l'édifice en a entraîné une seconde, les deux s'écroulant sur une barge située en contrebas, où des ouvriers travaillaient. On annonce un délai de quatre jours pour retirer les deux éléments et permettre ainsi, probablement, d'établir un bilan définitif. Il est probable que l'empressement mis par les autorités à voir ce chantier conclu avant les élections d'octobre aura poussé les entreprises à prendre des risques inconsidérés, certains témoins soulignant la rapidité des mouvements de la grue de chantier.
    • Un lien avec photo de l'accident
  • 13/03: Oiapoque: Lobbying des orpailleurs contre les forces de l'ordre

    • L'épisode d'avant-hier opposant gendarmes français et piroguiers-orpailleurs oiapoquenses sur le fleuve (voir France Guyane) n'est qu'un  nouvel acte d'une guerre qui met les commanditaires de l'orpaillage clandestin en Guyane sur les dents. Ils ont en effet recruté un avocat pour les défendre contre les interventions, non seulement des gendarmes français (qu'ils accusent d'intervenir du côté brésilien du fleuve) mais aussi contre l'armée brésilienne, l'Ibama et l'Institut Chico Mendes, gestionnaire du parc des Tumuc-Humac (dont l'existence même a récemment été contestée par voie judiciaire). Ils estiment en effet qu'au nom de la lutte contre l'orpaillage, on empêche tout commerce "innocent" entre Oiapoque et Vila Brasil ou Ilha Bela. L'argument est évidemment fallacieux, puisque tant Vila Brasil qu'Ilha Bela n'existent que pour servir de base arrière aux orpailleurs, d'une part, et parce qu'elle sont situées dans une zone de parc naturel protégé (les Tumuc Humac), où personne n'est censé s'installer, d'autre part (un plan prévoyait de déménager les familles installées à Vila Brasil mais n'a jamais été mis en pratique). Ceci dit, les médias amapaenses et certains hommes politiques de l'Amapá relaient volontiers les plaintes du milieu des orpailleurs d'Oiapoque, qui représenteraient 70% de l'activité économique de la ville-frontière. (source: chicoterra)
    • Parallèlement, et ceci peut contribuer à expliquer la nervosité des orpailleurs, la Police Fédérale à récemment désactivé (comprendre dynamité) trois pistes d'atterrissage clandestines aménagées dans le parc des Tumuc Humac, essentiellement utilisées par les trafiquants de drogue et les orpailleurs. (Police Fédérale)
  • 07/03: Calçoene: nouvelle découverte archéologique majeure
    • Urne funéraire à Calçoene
      Urne funéraire à Calçoene
      Le "stonehenge" de Calçoene, un site excepionnel qui aurait un millier d'années, découvert en 2006 sur le territoire de ce très vaste "município", continue d'étonner les chercheurs par sa richesse. Cette fois-ci, ce sont des puits funéraires qui ont été mis au jour, et des vases en céramique de forme humaine contenant des ossements. Les chercheurs poursuivent les fouilles sur le site. (G1, Correaneto)

Février

  • 28/02: Oiapoque: bientôt une Police des Frontières
    • Oiapoque devrait bientôt recevoir un commissariat de la Police Spécialisée des Frontières (Pefron). L'Amapá fait en effet partie des 8 états brésiliens frontaliers ayant signé une convention avec le gouvernement fédéral afin d'implanter cette unité spécialisée. Chacun de ces états va recvoir une somme comprise entre 8 et 9 millions de Reis afin d'installer cette unité de 46 policiers, incluant des militaires et des civils. Les états nommeront les officiers, la sélection et la formation des hommes de terrain seront faites par la Force Nationale, qui leur donnera un entraînement spécifique à leur région d'opération. La police judiciaire et techinco-scientifiques dépendra de la Police Fédérale et commencera le mois prochain. 
    • L'état d'Amapá attend désormais du maire d'Oiapoque, Aguinaldo Rocha, qu'il cède pour ce projet un terrain bien placé pour construire le siège de ce nouveau groupement. Le Ministère de la Justice fournira ensuite l'armement et la logistique (véhicules, coques alus, avion...), afin de doter cette unité d'un arsenal performant et dissuasif.
    • Ce nouveau corps de sécurité a été crée pour pallier le manque d'effectif de la Police Fédérale, de l'Ibama (environnement) et de la Receita Federal (impôts et douanes), et pour lutter contre les crimes spécifiques aux zones frontalières : contrebande d'armes et de munitions, narcotrafic, exploitation illégale du bois, trafic de personnes, vols de véhicules... (Diario do Amapá)
  • 23/02: Macapá:  Visite guidée pour les passagers d'un transatlantique
    • Demain matin, les 600 passagers d'un transatlantique britannique seront reçus aux petits oignons dans la capitale amapaense, où ils visiteront les musées Sacaca et  Joaquim Caetano, avant un tour dans le centre commerçant de la ville, le complexe de la Beira Rio et la  Forteresse de São José, où leur sera proposée une représentation de groupes de Marabaixo (musique et dans traditionnelles). La ville de Macapá. espère renouveler régulièrement l'opération et générer ainsi une bonne centaine d'emplois directs. (Amapabusca)
  • 19/02: Macapá: pas de gagnant pour le carnaval
    • La polémique fait rage à Macapá: alors qu'on s'acheminait vers une victoire de l'école de samba des "Piratas da Batucada", les supporters d'écoles rivales ont commencé à semer le désordre dans la salle des délibérations du jury, et les jurés ont décidé de déclarer tous les participants vainqueurs ex-aequo, empêchant du même coup l'école gagnante du "grupo de acesso" de retrouver le "grupo especial". Bref, désordre et polémique, on parle de corruption...  Décidément, la clarté des critères déterminant les gagnants de ces concours carnavalesques reste toujours discutable.
    • Rappelons qu'à Rio, c'est le défilé de l'école "Unidos da Tijuca" qui a remporté une victoire méritée, grâce à l'originalité de leur prestation et à son déroulement impeccable.
  • 13/02: Oiapoque: le médecin  emprisonné dément la version de la presse

    • oiapoque
      Le projet de nouvel aéroport de Macapa
      Il semblerait que les faits qui ont conduit ce médecin cayennais à la prison d'Oiapoque le 29 janvier dernier ne soient pas exactement ceux décrits par la presse. Selon le consul honoraire de France à Macapá qui rapporte les déclarations du prévenu, l'homme était en compagnie d'un mineur de 15 ans à la terrasse de l'hôtel. Amateur de photo, il aurait souhaité, selon lui, photographier son visage marqué qui lui semblait intéressant. C'est l'adolescent lui-même qui, sans que le photographe lui ait demandé, se serait exhibé, chose dont il serait coutumier.
    • Difficile d'en savoir plus à ce stade de l'enquête, puisque pour l'instant elle n'a consisté qu'en une simple audition de la PF.  D'autres dépositions, celle de l'adolescent notamment, sont attendues. Le prévenu reste incarcéré à Oiapoque en attendant le développement de l'enquête.
    • Ces faits se produisent dans un contexte national de durcissement des lois réprimant l'exploitation des images des enfants qui doivent amener à une grande prudence dans les comportements.
  • 12/02: Oiapoque: Opération franco-brésilienne contre la pêche illégale

    • Une opération conjointe de la Police Fédérale brésilienne et de la police maritime française s'est déroulée dans l'estuaire de l'Oyapock, du 5 au 9 février dernier. 300 kilos de poissons, 4 kilomètres de filets de pêche, et une embarcation sans permis ont été saisis et acheminés à la PF d'Oiapoque.  D'autres actions de ce type sont annoncées dans les prochains mois.
  • 10/02: Macapá: Les travaux de l'aéroport devraient reprendre

    • Le projet de nouvel aéroport de Macapa
      Le projet de nouvel aéroport de Macapa
      Interrompus depuis des années pour de nombreuses irrégularités, les travaux de l'aéroport de Macapá pourraient prochainement reprendre. C'est en tout cas ce que prétend avoir obtenu du gouvernement le député fédéral Sebastião Bala Rocha (allié du gouverneur). Les travaux restants, avec un budget de 6 millions de reis, seraient inclus dans le PAC (Plan d'Accélération de la Croissance, un plan de grands travaux du gouvernement). Un des principaux arguments du député aura été que les travaux déjà effectués, soumis, faute notamment de toiture, aux aléas climatiques, risquaient de s'abimer et de remettre en cause la sécurité -déjà très discutable- de l'aéroport. L'objectif serait désormais de terminer la rénovation fin 2012. (Diario do Amapa)
    • Reste que la guyane reste toujours quasiment coupée du brésil si l'on considère les liaisons aériennes. L'arrêt de la ligne de Suriname Airways entre Cayenne et Paramaribo, annoncé cette semaine, faute d'obtenir les autorisations pour prendre des passagers à Cayenne et les emmener à Belém, ne fait que prolonger ce déplorable état de fait. Reste seulement l'alternative d'un route, certes de plus en plus goudronnée, mais encore semée de dangers, comme ces ponts en bois mal entretenus et sur lesquels il ne fait pas bon s'attarder...
  • 10/02: Paludisme: partenariat franco-amapaense
    • Au début février s'est tenue à Macapá une réunion de scientifiques, regroupant les Français de l'Institut Pasteur venus de Guyane Française et les Brésiliens de la faculté de la Seama et de l'Institut de Recherches Scientifiques et Technologiques de l'Amapá. Objectif: se coordonner pour mener des études sur le paludisme dans la région frontelière de l'Oyapock. Seront donc réalisées des études épidémiologiques et un diagnostic des résistances développées par le parasite contre les anti-paludéens, afin de proposer des solutions futures. Le choix de la commune d'Oiapoque tient au fait qu'il s'agit d'une zone de circulation intense de Français et de Brésiliens. Les étudiants de ces différents organismes seront ainsi amenés à enrichir leurs connaissances dans ce domaine et pourront les développer dans leurs travaux universitaires. (Amapabusca)
  • 05/02: Macapá: Deux noyades dans l'Amazone furieux
    • Les importantes marées combinées à un vent  fort ont provoqué de très fortes vagues sur l'Amazone avant-hier. Trois enfants qui se baignaient près d'une rampe du littoral du Santa Inês ont été emportés par les eaux furieuses. Un mototaxi qui passait par là n'a pu sauver qu'un seul des trois enfants. Les deux autres corps ont été retrouvés hier. 
    • Par ailleurs, la force des vagues a provoqué quelques dégâts sur les aménagements de la rive, ainsi que l'évacuation des habitants les plus proches du fleuve dans le qurtier d'Aturia. (Diario do Amapa et Gazeta Online)
  • 02/02: Oiapoque: les Amérindiens contre la fermeture du poste de la FUNAI
    • Des Amérindiens quitte le siège de la Funai, à Brasilia, le 18 janvier dernier (ph:agbr)
      Des Amérindiens quittent le siège de la Funai, à Brasilia, le 18 janvier dernier (ph:agbr)
      Alors que l'ensemble des organisations autochtones du Brésil proteste depuis le début de l'année et l'annonce d'un restructuration des postes de la FUNAI (Fondation Nationale de l'Indien, administration chargée des communautés autochtones), les Palikur installés sur le très vaste territoire du "Municipio" d'Oiapoque se sont rendus à l'Assemblée locale de l'Amapá, à Macapá, pour sensibiliser les élus locaux. Ils redoutent que la fermeture de ce poste régional situé dans la commune (cinq postes délocalisés dans les villages amérindiens de la commune en dépendent) ne facilite la tâche de ceux qui voudraient s'accaparer leurs terres ou pratiquer le braconnage à grande échelle. Une rencontre avec le président national de la Funai était prévue aujourd'hui, deux caciques accompagnés de cinq autres responsables communautaires se sont envolés vers Brasilia.
  • 01/02: Macapá: Un Français blessé par balle près de la Beira Rio
    • Début janvier, un groupe de trois trentenaires français se promène près de la forteresse de São José, à Macapá, non loin du point touristique de la Beira Rio, récemment réouvert, vers 8 heures du soir. Soudain, ils sont menacés par un groupe d'adolescents à vélo, l'un pointant une arme sur eux. Ils réclament les montres et une gourmette qui ont attiré leur attention. L'un des trois Français veut protester et s'avance vers le jeune armé... qui lui tire immédiatement dans la cuisse avant de s'enfuir avec ses complices, des promeneurs brésiliens accourant à ce moment.
    • Forteresse São José à Macapa: l'agression a eu lieu dans cette zone
      Forteresse São José à Macapa: l'agression a eu lieu dans cette zone
      Le touriste mal en point fera ensuite la douloureuse expérience de l'état sinistré du système de santé public dans l'Amapá, de la rapacité des cliniques privées locales, et des difficiles liaisons avec la capitale amapaense (rapatriement aérien plus que compliqué). Il lui faudra finalement rejoindre Oiapoque puis la Guyane par ses propres moyens, les éclats de balle toujours logés dans la cuisse, avant d'être pris en charge à Kourou. Pas trop de conséquences au final, mais à quelques centimètres près, cette info, que je tiens de la victime elle-même, aurait peut-être fait la une de la presse locale...
    • Même si le lieu de l'agression est surprenant (le lieu est très fréquenté), ce récit rappelle combien il convient de rester vigilant, d'éviter tout signe ostentatoire et, surtout, d'éviter de réagir à une attaque de ce type, tant la gâchette peut être facile dans la région.

janvier 2010

  • 31/01:  Amapá: 450 kg de minerai radioactif saisis
    • La police civile de l'Amapá a saisi 450 kg d'uraninite, plus connue sous le nom de pechblende, un minerai à haute teneur en uranium. Alertés par une dénonciation anonyme, les policiers sont intervenus dans la forêt, près de Serra do Navio, à 200km de Macapá. L'enquête durait depuis plusieurs mois. Une personne a été arrêtée puis relâchée. La police cherche qui a extrait le minerai, et sa destination. Un cas identique a déjà eu lieu l'année dernière. (Diario do Para)
  • 29/01: Oiapoque: un médecin de Cayenne accusé de pédophilie

    • Selon France Guyane et le site Correaneto, un médecin de Cayenne âgé de 65 ans est incarcéré à Oiapoque, après avoir été surpris dans une chambre d'hôtel en compagnie, semble-t-il, de deux jeunes filles brésiliennes plus que mineures qu'il était en train de photographier nues. 
    • Il semblerait, comme le fait remarquer Benjamin dans le forum, que les autorités d'Oiapoque aient enfin décidé d'agir contre les agissements pas vraiment à l'honneur de certains "touristes" venus de Guyane...
  • 29/01: Oiapoque-Macapá: une ligne de bus supplémentaire
    • La société Amazontur ouvre, à la demande des autorités, une ligne supplémentaire de bus pour relier Oiapoque et Macapá: la ligne quittera quotidiennement Macapá à 7h30 le matin, avec une arrivée prévue à Oiapoque vers 19h30 (après desserte des villes d'Amapá et Calçoene). Le retour se fera au départ d'Oiapoque le soir à 23h pour une arrivée à Macapá à 12h le lendemain. Le prix reste fixé à 65R$ l'aller simple. Le but de cette nouvelle offre est de proposer un trajet diurne dans le sens Macapá-Oiapoque, dans des bus climatisés. La société Amazontur dessert les villes de l'intérieur de l'Amapá grâce à une flotte d'une trentaine de véhicules. (Amapabusca)
  • 29/01: Amapá: le pont vers Mazagão prêt en octobre ?
    • Le pont destiné à remplacer la barge qui traverse les 420 mètres du Rio Vila Nova entre Santana et Mazagão avance et devrait être ouvert à la circulation vers août ou octobre, selon le degré d'optimisme des journaux macapaenses ayant couvert la visite de chantier du gouverneur Waldes Goes sur les lieux. Etrangement, cet ouvrage commencé à l'initiative et avec des fonds de l'état fédéral a dû être terminé avec des ressources financières de l'état d'Amapá... (Gazeta Online, Jornal do Dia).
  • 21/01: Oiapoque-Macapá: Danger sur les ponts de bois

    • un camion prisonnier d'un pont de bois sur la BR 156 (Une du Diario do Amapa)
      un camion prisonnier d'un pont de bois sur la BR 156 (une du Diario do Amapa)
      La fragilité de certains ponts de bois subsistant encore sur la partie non-goudronnée de la BR 156 (route Oiapoque-Macapá) reste un problème pour les véhicules lourds. Un camion chargés de plusieurs tonnes de poisson est ainsi resté bloqué sur le pont dit "Da Mata", près du fleuve Cassiporé. S'engageant sur le pont vers 21h mardi soir (19/01), lun certain nombre de planches cèdent sous son poids et l'engin se retrouve coincé au milieu, bloquant également la circulation des autres véhicules, notamment d'un bus de la Santanense et ses passagers. Il aura fallu près de trois heures aux personnes présentes pour arranger quelques planches pour permettre le passage de piétons, récupérés de l'autre côté par d'autres véhicules. Le camion ne pourra être retiré du pont que vers 7h du matin. Les passagers furieux dénoncent le manque d'entretien général des ponts de bois de la route et alertent sur le risque d'incidents plus graves si rien n'est fait rapidement. Entre Oiapoque et Calçoene, les passagers doivent descendre des véhicules pour diminuer le poids, et les chauffeurs doivent improviser des réparations avec des planches, encore plus dangereuses la nuit. Le secrétaire local aux transports a indiqué que ses services étaient déjà à l'oeuvre pour renforcer les structures. (Diario do Amapa)
  • 18/01: Amapá: Démantèlement d'un trafic de mineures
    • La venue d'un enquêteur venu du Pará a permis de résoudre le cas de la disparition d'une mineure de 14 ans, emmenée par un séducteur de passage de Bracarena (Pará) vers Macapá, où elle était retenue chez une femme résidant à Cayenne, dans l'attente d'être envoyée en Guyane, où on lui promettait un bon salaire. Deux personnes ont été incarcérées, la jeune fille va rentrer dans sa famille. L'enquêteur déplore le manque de contrôle dans les ports amazoniens, qui permet à des mineurs non autorisés de circuler. (diario do Amapá)
  • 18/01: Macapá: Réouverture du parc zoobotanique prévue pour juillet
    • Il faut toujours prendre les délais annoncés officiellement avec beaucoup de prudence, notamment chez nos voisins amapaenses, mais le fait est que la réouverture du parc  zoobotanique de la ville, fermé depuis onze ans, est promise pour juillet 2010. Il reste toutefois des "obstacles administratifs" à résoudre. (Diario do Amapa)
Macapa
  • Liens pour s'informer (en portugais) sur l'Amapá:

  • Diario do Amapá:  Proche de l'actuel gouverneur; remis à jour quotidiennement (sauf le week end) mais pas toujours très objectif, ni complet.  C'est malgré tout la source d'informations "officielles" la plus dynamique de l'état, dont la presse reste embryonnaire.
  • Gazeta On Line: Site du quotidien du même nom.
  • Jornal do Dia:  Site d'un quotidien de Macapa. Essentiellement des faits divers. Récemment relifté.
  • Correaneto: bon site d'informations d'un journaliste local, riche en infos mais un peu désordonné.
  • Amapabusca: Site d'infos générales et culturelles