Brasilyane

22/05/2017: #Amapa: un fonctionnaire de l'assemblée locale vendait les #visas pour la #Guyane

Passeport brésilien

 

Un ancien fonctionnaire de l'Assemblée législative de l'Amapá (Alap) a été dénoncé à la justice par le Ministère Public (MPF-AP)  pour son implication dans un sytème de vente et délivrance de visas d'entrée en Guyane française en utilisant des informations et des documents faux.

Le trafic de visas fonctionnait dans les locaux mêmes de l'assemblée législative de l'Amapa (Alap, équivalent de l'assemblée des conseillers territoriaux en Guyane). L'ancien employé doit répondre pour les crimes de contrefaçon et de consussion, à savoir exiger un avantage indu pour lui ou quelqu'un d'autre. L'enquête policière a été remise à la justice en Avril.

40 passeports suspects à Saint Georges

Selon le MPF, le trafic a été découvert après que la police française a saisi plus de 40 passeports avec des indices de fraude, indiquant que les récipiendaires des visas étaient des employés de l'Alap. Les passeports ont été saisis entre Mars et Avril 2016, à Saint Georges de l'Oyapock. Dans sa plainte, le MPF demande que la condamnation soit appliquée proportionnellement au nombre des actions frauduleuses liées au suspect, ce qui peut multiplier la peine encourue jusqu'à 40 fois.

Le procureur général de l'Assemblée législative amapaense, Eugênio Fonseca, a confirmé que l'ancien fonctionnaire travaillait à la Commission des Affaires étrangères et de la défense, mais indique que ses services n'ont pas eu connaissance de ses activités illégales quand il était en poste.

1800 R$ le visa frauduleux

Selon la plainte du procureur Everton Aguiar, le suspect agissait dans les locaux de l'assemblée, où il recevait les documents personnels, ainsi qu'une somme variable d'environ 1800 Reais pour l'obtention de visas aux demandeurs.

Pour délivrer un visa, selon le MPF, le suspect joignait une lettre au consul honoraire de France à Macapa, qu'il signait en tant que secrétaire des Affaires étrangères et de la défense de l'Etat, à l'assemblée législative locale. Dans ces demandes de visa, il déclarait frauduleusement que les personnes mentionnées étaient des collaborateurs de l'assemblée législative. Le visa était donc accordé aux demandeurs, sur la base de fausses informations les présentant comme employées de services liés à la coopération bilatérale avec la Guyane française.

Le MPF a indiqué que cette procédure existe légalement et bénéficie à d'autres organismes publics. Elle accorde des visas valables pour un an et permet des entrées multiples en France pour un total de 90 jours par an.

Décidément, la coopération régionale n'a pas fini de nous étonner.

Source: G1 Amapa

Vous êtes ici : Actualités brésiliennes Actualités de l'Amapá 22/05/2017: #Amapa: un fonctionnaire de l'assemblée locale vendait les #visas pour la #Guyane